Accueil   |   Nos actions   |   Connaître   |   Suivis/Observatoires   |   Chiroptères   |   Suivis gîtes à chauves-souris

Suivis gîtes à chauves-souris

Chaque année, la LPO Drôme-Ardèche – et en particulier son groupe thématique chiroptères – suit plusieurs colonies de chauves-souris en reproduction et en hivernage un peu partout sur le territoire.

Les comptages de chauves-souris font partie d’une longue tradition naturaliste afin de dénombrer et d’évaluer sur un laps de temps plus ou moins long les populations animales pour savoir si ces populations augmentent, diminuent ou stagnent. Ce genre d’opération nécessite donc de suivre d’année en année les mêmes sites, aux mêmes dates et de la même manière.

De quoi s’agit-il ?

Nos chiroptérologues mènent chaque année divers suivis de gîtes à chauves-souris, qu’il s’agisse de colonies de reproduction, l’été, ou de sites d’hivernage.

  • En reproduction, ils suivent essentiellement l’évolution des colonies de la Grotte des Sadoux, du tunnel de la Borie (à Suze-la-Rousse), ainsi que des colonies dans les Baronnies (notamment des gîtes connus pour deux espèces menacées : le Grand et le Petit rhinolophe, en partenariat avec le Groupe chiroptères de Provence (GCP) et divers gîtes en bâti humain (habitations, infrastructures) hébergeant d’importantes concentrations d’individus.

  • En hivernage,
    sept sites font l’objet d’un suivi hivernal, qui est calé chaque année sur le troisième week-end de janvier. Il s’agit de sites identifiés comme importants pour l’hibernation du Minioptère de Schreibers et des Grand et Petit rhinolophes.

En Ardèche, ils viennent en appui aux chiroptérologues locaux pour le suivi de la Grotte du Soldat et de plusieurs sites des gorges de l’Ardèche.

Pourquoi un suivi des gîtes ?

Notre association est animatrice ou co-animatrice de deux sites Natura 2000 désignés par l’Etat pour la conservation de cavités abritant d’importantes colonies de chauves-souris : la Grotte des Sadoux et celle de Baume-Sourde ». Sur ces sites, l’équipe salariée suit l’évolution des colonies, en différentes saisons, avec des comptages en reproduction et en hivernage afin d’étudier l’évolution de leurs populations.

D’autres colonies sont également suivies grâce à l’aide de bénévoles.

Résultats

2015

Les 17 et 18 janvier, deux équipes de deux salariés, accompagnés d’une dizaine de bénévoles, ont visité dans la plus grande discrétion six sites d’hivernage. Au total, 8 espèces ont été contactées et plus de 10 000 individus observés.

Nombre d'individus par site et pas espèce

Nombre d’individus par site et pas espèce

Dans l’ensemble, l’évolution des effectifs des trois principales espèces sur les sites suivis montre une progression avec de fortes fluctuations d’une année sur l’autre (certains sites étant suivis depuis plus de vingt ans).

Les efforts de protection menés entre autres par la LPO sur certains sites semblent donc porter leurs fruits, certainement en complément d’une évolution des pratiques agricoles (parmi lesquelles l’abandon sur certains secteurs), après le grand effondrement des populations de chauves-souris observé après la seconde guerre mondiale.

Des efforts restent à faire quant à la protection des sites majeurs d’hibernation, mais aussi des habitats indispensables aux chauves -souris pour se nourrir, se reproduire, se déplacer…
Bref, c’est un vaste programme !

2013

 

Minioptère de Schreibers © Y Peyrard

Minioptère de Schreibers © Y Peyrard

L’hiver 2013 confirme la présence d’effectifs élevés de minioptères dans la grotte de Baume sourde et, même si une baisse sensible serait notée par rapport à 2012, le chiffre reste supérieur à 12 000 individus et constitue le deuxième plus gros effectif de l’espèce en vingt-cinq ans de comptage. Toujours pour le minioptère, la remontée se poursuit dans la grotte des Piaroux après le creux inquiétant de 2007 à 2011. Si les populations de l’espèce en hibernation se portent bien, des craintes se sont manifestées au niveau national sur un nouvel épisode de mortalité comme en 2002. En effet des chutes d’effectifs sur des sites de reproduction ont été observées comme en Drôme à la Grotte des Sadoux. Pour l’instant nous n’avons pas de détails sur la découverte ou non de cadavres ou sur l’étendue du phénomène en Europe.

Pour le Petit et le Grand rhinolophe en hibernation, les effectifs sont parmi les plus hauts depuis le début des comptages (2007) avec même un record de 113 individus pour le Petit rhinolophe !

2012

L’hiver 2012 restera marqué par une augmentation spectaculaire et inédite des effectifs de Minioptère de Schreibers à Baume Sourde. L’hibernation connue de cette espèce sur le site ne dépassait pas les 10 000 individus (estimation moyenne) à la fin des années 90-début 2000. Le comptage de fin janvier de cette année a permis de dénombrer près de 13 000 individus.

Comment participer ?

En contactant le groupe thématique chiroptères et son animateur :

Thomas DEANA : 06 76 22 47 25