Accueil   |   Actualité : Services écologiques, sociologiques et économiques rendus par la LPO à la société

Services écologiques, sociologiques et économiques rendus par la LPO à la société

Le travail inédit présenté ici vise à révéler ce que génère la LPO en termes de retombées écologiques, sociologiques et économiques au bénéfice de la société française. Suivant une approche «conservatrice », le Cabinet I Care a systématiquement estimé les services fournis a minima et seulement sur une petite partie mesurable : cela permet de produire des résultats certes frustrant car en-dessous de la réalité, mais en même temps incontestables.

La LPO est l’une des plus anciennes associations de protection de la nature et de l’environnement en France. Elle est agréée au titre de l’environnement et reconnue d’utilité publique. La LPO agit pour la protection de la faune, de la nature et de l’homme et pour lutter contre le déclin de la biodiversité. Ses actions, particulièrement variées, s’étendent de la sensibilisation du public à la gestion des espaces naturels en passant par le recensement et la protection d’espèces ainsi que l’appui aux politiques publiques françaises, européennes et internationales. Ainsi, la LPO génère une influence à la fois économique, sociale et environnementale.

En 2017, la LPO a décidé de faire quantifier les services rendus par l’association à la société française. Elle a confié cette mission au cabinet spécialisé, I Care, qui a établi une grille d’évaluation. Les résultats sont probants. Ils dépassent les attentes, et ouvrent des perspectives de recherches et approfondissements pour les acteurs de la sphère environnementale.

Services écosystémiques rendus des espaces naturels sur lesquels la LPO intervient

Au total, la LPO contribue à conserver un « stock » et à la génération d’un flux annuel de services écosystémiques associés aux espaces naturels d’une valeur moyenne de 430 M€/an, et pouvant aller jusqu’à 560 M€/an (services d’approvisionnement, de support, de régulation et culturels). De plus, cette étude montre que la LPO préserve essentiellement des écosystèmes qui apportent de nombreux services écosystémiques et sont aussi malheureusement les plus menacés : des zones humides et des zones littorales.

Valeur d’attachement des espèces préservées

De manière exploratoire, la valeur du service rendu par la LPO en préservant certaines espèces a aussi été évaluée sur la base de la valeur d’attachement, seul critère faisant l’objet d’études approfondies au niveau mondial et d’une méthode d’analyse scientifique et reconnue. En ne retenant que quatre espèces ou familles représentatives et disposant de références (les oies, certains rapaces, les oiseaux marins et les oiseaux des jardins) la valeur dégagée est a minima de 82 M€/an.

Services sociaux rendus par la LPO à la société française

La LPO rend aussi des services sociaux à la société. Le principal d’entre eux est la contribution au développement et à la diffusion de connaissances scientifiques, à hauteur de 26,5 millions d’euros/an pour 2015. Le développement des loisirs de nature et l’éducation arrivent en deuxième position à près de 1,5 millions d’euros par an. La valeur des services sociaux rendus par la LPO est probablement fortement sous-estimée : une partie de ces services n’a pas été monétarisée (manque de donnée ou non pertinence d’une monétarisation) : la modification de politiques publiques et privées, la contribution des experts LPO à des instances décisionnelles, le développement ou maintien du dynamisme de certains territoires, le plaisir des bénévoles et employés à agir pour la nature, la diffusion de valeurs de solidarités…

La valeur des services sociaux rendus par la LPO est estimée a minima à 28,3 M€/an (calcul effectué sur l’année 2015). Pour fournir ces services, 521 ETP sont mobilisés, essentiellement bénévolement.

Le poids des dépenses de la LPO dans l’économie française

A partir de l’analyse des budgets du réseau LPO et d’une modélisation économique de l’économie française, cette étude montre que le poids de la LPO dans cette économie représente 20,4 millions d’euros de valeur ajoutée générée du fait de la demande de biens et services par la LPO (retombées directes, indirectes et induites inclues). De plus, cette demande de biens et services permet de soutenir 250 emplois en équivalent temps plein dans d’autres entreprises, en plus des 390 ETP employés directement par la LPO en 2015.

Conclusion

Ainsi, d’une première estimation partielle, il a pu être mis en lumière annuellement :

  • ½ milliard d’euros de capital naturel préservé
    30 millions d’euros de services rendus directement à la société
    20 millions d’euros dans le PIB et 650 emplois

De plus, grâce notamment à ses milliers de bénévoles, la LPO est beaucoup plus « efficiente » que ne le seraient d’autres opérateurs. Ainsi, confier 1 € à la LPO, c’est donc permettre à la nature d’en rendre 20 à la société française !

Au-delà de ces valeurs annuelles, il est possible de prendre compte les quelque 50 millions de données naturalistes collectées durant plusieurs décennies.

« Cette étude innovante donne pour la première fois une idée de l’apport remarquable des associations de protection de la nature à la société française. Et à très faible coût notamment grâce à l’apport des milliers de bénévoles. La France a des obligations de résultats en matière de biodiversité, qu’elle ne pourrait certainement pas tenir sans la contribution des associations comme la LPO. Souvent les compétences ne se trouvent que dans les organisations naturalistes. Et quand ce n’est pas le cas, les coûts de mobilisations par le secteur public (Etat, collectivités) comme par le secteur privé (bureaux d’études, entreprises…), apparaissent démesurés.

Cette étude confirme, si besoin était, que l’Homme au même titre que la nature, est bien le premier bénéficiaire des actions engagées. Elle ouvre enfin des perspectives passionnantes d’élargissement et d’approfondissement des recherches notamment en intégrant par exemple toutes les associations de protection de la nature, et espaces naturels protégés français. Et, au-delà, pour les associations qui travaillent comme la LPO pour l’intérêt général mais dans d’autres domaines (environnement, social, handicap…).

Cette première étude exploratoire des services écologiques, économiques et sociaux rendus par la LPO invite à voir notre modèle de société différemment. A rêver d’une prise en compte des valeurs non marchandes en amont, dans les décisions politiques. A mettre fin aux subventions néfastes à la nature. A intégrer les coûts négatifs afin d’éviter d’hypothéquer notre maison commune. Tout un programme en somme, et une formidable invitation à poursuivre cette étude innovante pour en parfaire les premiers résultats ! »

Allain Bougrain Dubourg
Président de la LPO

Vous pouvez télécharger le contenu de l’étude sur les impacts écologiques, économiques et sociaux de la LPO en cliquant ici.