Accueil   |   Actualité : Prospection du Busard cendré dans le Nord Drôme

Prospection du Busard cendré dans le Nord Drôme

Le Busard cendré (Circus pygargus) est inféodé aux milieux ouverts (comme les autres espèces de busards).

Dans notre département, un noyau de population est soupçonné nicheur en Drôme des collines. Son biotope d’origine (landes et marais) ayant majoritairement disparu, le rapace niche principalement dans des espaces cultivés (céréales et prairie).

Malheureusement, les jeunes busards sont rarement volants lorsque les moissons arrivent et nombre d’entre eux sont tués par les engins agricoles, ce qui met en péril l’avenir de l’espèce.

La prospection permettra donc de confirmer la présence du rapace en Drôme et de repérer ses nids afin de les signaler aux agriculteurs (les busards en sont d’ailleurs de précieux alliés grâce à la prédation qu’ils exercent sur les campagnols). 

Pour contribuer à cette veille, vous pouvez vous rapprocher de Didier Fayolas, bénévole référent du busard à la LPO Drôme (didier.fayolas(arobase)wanadoo.fr), secondé par Eric Georgeault, Service civique « sauvegarde de la biodiversité » (sauvegarde.drome@lpo.fr), qui réalisent leurs prospections au niveau de la commune de Montrigaud.

Vous pouvez également noter vos observations sur le site Internet Faune Drôme (ou l’application Android Naturalist’). Celles-ci sont directement consultées par la LPO Drôme, qui fera le nécessaire pour la conservation des nichées.

Rappel de la phénologie du Busard cendré :

Date

Etapes

Fin avril – mi mai

Parades

Mi mai – début juin

Ponte

Début juin – fin juin

Couvaison

Fin juin – fin juillet

Elevages des jeunes

Fin juillet

Envol des jeunes

Fin juillet – début septembre

Apprentissage des jeunes

Septembre

Migration

Différences morphologiques :

Chez cette espèce, il existe un dimorphisme sexuel. En effet, le mâle présente un plumage gris avec les pointes des ailes noires et une barre alaire noire sur les rémiges secondaires. La femelle est quant à elle brune sur le dessus, chamois rayé sur le dessous, et son croupion est blanc.

Elle se distingue de la femelle de Busard Saint-Martin par une allure plus fine et plus élancée, et la présence de quatre digitations seulement, alors qu’il y en a cinq chez le Busard Saint-Martin. Chez le mâle, la différentiation se fait également à la vue de la silhouette, mais aussi par la présence d’une barre alaire de couleur noire chez le cendré, non présente chez le Saint-Martin.