Accueil   |   Nos actions   |   Sauvegarder   |   Préservation des milieux et territoires   |   Les vallées de la Gervanne et de la Sye

Les vallées de la Gervanne et de la Sye

Les vallées de la Gervanne et de la Sye, situées sur les piémonts sud du massif du Vercors, accueillent une biodiversité remarquable qui mérite toute notre attention.

En 2012, en partenariat avec l’association LYSANDRA Education Environnement et la Communauté de communes du Val de Drôme (CCVD), nous avons initié un plan d’actions en faveur de la biodiversité sur ce territoire. Ce programme ambitieux est construit et réalisé avec les différents acteurs du territoire (élus, habitants, associations locales…). Il comprend des actions d’amélioration des connaissances sur les espèces et les habitats, de gestion des milieux et un programme de sensibilisation et d’inventaire participatif.

Un territoire remarquable

Situées en piémont sud du massif du Vercors, les vallées de la Gervanne et de la Sye se caractérisent par une topographie tourmentée avec une importante amplitude altitudinale (200 à 1587 mètres). Les paysages et les milieux, particulièrement variés, sont marqués par la confrontation des domaines biogéographiques alpin et méditerranéen. En fonction de l’altitude, de l’exposition des versants, selon le jeu du relief ou la de la nature du substrat calcaire, les cortèges faunistiques et floristiques se répartissent dans une mosaïque d’habitats de grande valeur pour le patrimoine régional, voire européen. La juxtaposition, parfois très proche, d’espèces d’affinités tantôt méditerranéenne, tantôt montagnarde est tout à fait remarquable. Un nombre important de taxons et à fort indice de rareté ou en limite naturelle d’aire de répartition ont été rescencés. Parmi les espèces les plus représentatives, peuvent être mentionnées à titre d’exemple le vautour percnoptère, le moineau soulcie, la loutre d’europe, le murin de Bechstein, l’oprhrys de la Drôme, l’orchis tridenté, le genêt du Dauphiné ou encore la tulipe précoce… Pour les invertébrés la présence de la magicienne dentelée, de l’écrevisse à pattes blanches, de l’apollon, de l’azuré de la gentianne ou encore du lucane cerf volant témoignent également de la valeur du site. Le caractère extensif des activités agricoles de type polyculture/ élevage contribuent également au maintien des habitats ainsi qu’à l’expression de cette biodiversité.

Les principaux enjeux identifiés se déclinent autour de la gestion de six grands types de milieux : les milieux forestiers, les pelouses et landes, les milieux rocheux, les rivières et zones humides, les milieux agricoles et enfin les milieux anthropiques et bâtis qui accueillent notamment d’importantes populations de chauves-souris.

En quelques chiffres :

Concernant les vertébrés, l’étude préalable a révélé la présence de 131 espèces à forte valeur patrimoniale, 109 pour la flore et les habitats phytosociologiques. Les enjeux naturalistes les plus forts concernent la conservation des chiroptères, l’avifaune des milieux agricoles et rupestres. Les arthropodes, bien que moins connus, présentent également un fort intérêt avec la présence de 81 espèces considérées comme remarquables.

Pour la flore les enjeux concernent notamment les espèces messicoles, les orchidées et les espèces méditerranéennes des pelouses et landes et enfin les plantes pionnières des habitats rupestres.

 

Un programme ambitieux

gallerie_lysandro_lpodromeLes associations locales LPO Drôme et LYSANDRA, à l’origine du projet, se sont associées pour conduire l’ensemble de l’étude préalable : réalisation d’un diagnostic naturaliste et socio-économique et rédaction d’un plan d’actions, planifié sur 5 ans, visant à préserver et valoriser la faune, la flore et les habitats du bassin de la Gervanne. Ce plan d’actions a été élaboré pour la période 2012 – 2016. Le territoire concerné par l’étude préalable couvre 11 communes réparties sur les bassins de la Gervanne et de la Sye.

La LPO Drôme et LYSANDRA travaillent aujourd’hui de concert pour mettre en œuvre ce programme qui poursuit divers objectifs :

Nos soutiens financiersgallerie_leader_RA_Feader_Val_LEA_Jardin_for_CG

La Région Rhône-Alpes, le Département de la Drôme ainsi que l’Union européenne via le programme LEADER financent ce projet. Nous sommes aussi soutenus par la fondation Léa Nature. Les deux associations ainsi que la CCVD apportent aussi une part d’autofinancement.

 

Pour plus d’informations :

  • Contacter Arthur Vernet – chargée de mission Biodiversité à la LPO Drôme
    Rapports d’études disponibles sur demande