Accueil   |   Nos actions   |   Sauvegarder   |   Espèces   |   Le Hérisson d’Europe : une espèce en déclin

Le Hérisson d’Europe : une espèce en déclin

Le Hérisson d’Europe est aujourd’hui menacé.

Présent sur terre depuis dix millions d’années, le hérisson est un animal nocturne, familier de nos jardins et apprécié de tous. Il est devenu au fil du temps l’auxiliaire du jardinier, qu’il aide à se débarrasser des limaces, escargots, vers et autres insectes amateurs de légumes.

Intégralement protégé en France au titre de l’article L411-1 du code de l’environnement, de nombreuses menaces pèsent malgré tout sur lui : collisions routières, intoxication et empoisonnement par les granulés anti-limaces, noyade, tondeuses à gazon, blessures causées par les animaux domestiques…

Il est également impacté par la fragmentation des milieux et la régression des habitats et des ressources alimentaires, ayant du mal à faire face aux modifications induites par les activités humaines.

 

J’hiberne mais je suis toujours là

Bientôt, comme beaucoup d’autres espèces, il va être temps pour lui d’entrer en hibernation. Il ne déambulera plus à la tombée de la nuit mais il sera toujours là. Quelque part dans le fond du jardin, sous une haie, dans votre garage, dans un pot de fleurs, dans le compost, sous un amas de feuilles et de branches, bien à l’abri du vent et du froid.

D’environ mi-novembre à mi-février, sous un seuil de température qui varie selon les régions allant de 5 à 10° C, le Hérisson va hiberner avant de remontrer le bout de son museau au printemps.

Pendant cette période, évitez de brûler vos tas de feuille et de branches et vérifiez – avant de manier la fourche ou la débroussailleuse – qu’un hérisson n’est pas en train de dormir là où vous vous apprêtez à intervenir.

Un petit coup de pouce pour passer confortablement l’hiver

Pour construire son nid, le Hérisson a simplement besoin de feuilles mortes et d’un endroit calme et abrité comme une haie, un boisement, un roncier ou un tas de bois.

Pour autant, vous pouvez aménager votre jardin pour lui offrir un gîte accueillant et confortable. Une simple caisse retournée avec une entrée de 15 cm de large et recouverte de branchage et feuilles mortes pour l’isolation lui suffira. Vous pouvez également fabriquer un abri avec quelques planches de bois et un peu de matériel de bricolage (plus de détails à ce sujet dans notre boîte à outils). Ou tout simplement, laisser des tas de feuilles de mortes à sa disposition. Un tas de bois contre un mur peut également lui convenir ; il suffit juste, pour éviter de le réveiller quand vous venez récupérer des bûches, de le surélever sur une palette.

Au printemps, je me réveille

Et en attendant que le printemps ne vienne )rendre la place de l’hiver, la LPO vous partage ses conseils pour préparer le réveil de nos petits dormeurs. D’aménagements en bonnes pratiques au jardin, des solutions sont à la portée de tous pour aider et accueillir le Hérisson en préservant son habitat et en lui assurant une ressource alimentaire grâce à une gestion écologique du milieu : produits naturels, dates d’entretiens adaptées, compost, végétation diversifiée…

Le Hérisson pouvant parcourir plusieurs kilomètres en une nuit pour rechercher sa nourriture ou un (ou une) partenaire, il convient également de lui aménager des passages dans les clôtures et de porter une vigilance particulière à divers éléments du jardin sur lesquels il peut se blesser ou rester coincé : piscine, bassins, bouts de grillage, filets de cultures ou à légumes, clôture…

Si vous croisez ma route

Vous observez un hérisson en pleine journée ? Même s’il vit la nuit, il n’est pas systématiquement anormal de le croiser de jour. Prenez le temps de l’observer, à distance, afin de déterminer s’il est ou non en détresse. Ne le manipulez pas, observez-le bien, voyez comment il se comporte…

S’il reste prostré, si vous constatez sur lui des blessures apparentes, qu’il est infesté par des mouches, des œufs ou des larves, contactez rapidement un Centre de Sauvegarde habilité. Dans le doute, toujours contacter un Centre de Sauvegarde avant d’agir, qui vous conseillera sur ce qu’il convient de faire. Le centre pour la Drôme-Ardèche est l’Hirondelle.

Que faire si vous trouvez un hérisson en hibernation ? S’il dort, surtout, ne le dérangez pas ! Si vous le réveillez, il va épuiser ses réserves énergétiques… S’il sort de son gîte quand les températures sont plus clémentes pour chercher de la nourriture, cela ne signifie pas forcément qu’il est en détresse. Observez-le bien avant d’agir…

Protégé par la loi

Il est interdit de détruire, capturer, mutiler, enlever ou perturber les hérissons dans leur milieu naturel et leur détention, leur transport, leur naturalisation, leur commerce (vente ou achat) et tout utilisation sont strictement interdits. De plus, en tant qu’espèce bénéficiant d’une protection juridique intégrale, leurs sites de reproduction et aires de repos ne peuvent être ni détruits, ni dégradés.

L’enquête Mission Hérisson

En 2020, la LPO met à l’honneur le hérisson. L’objectif ? Faire redécouvrir cette espèce discrète connue de tous et permettre à chacun d’agir dans son jardin, dans sa commune, dans ses pratiques au quotidien grâce à des conseils, des anecdotes, des tutos et une grande enquête participative visant à connaître l’état de santé du hérisson en France afin de mieux le protéger.

Visitez son site dédié et rejoignez les centaines d’amoureux du hérisson qui s’engagent à poser un tunnel de relevé d’empreintes homologué pendant cinq nuits à chaque saison sur plusieurs années et à en envoyez les empreintes en ligne !

La saisie de vos observations

Les portails de sciences participatives naturalistes, Faune-Drôme et Faune-Ardèche, rassemblent toutes les informations sur les activités associatives dans le domaine de l’étude des espèces. Vous observez des oiseaux, croisez un mammifère (y compris notre ami le hérisson), suivez des yeux un papillon, tombez sur une couleuvre en train de manger une grenouille au bord d’une mare où virevoltent quelques demoiselles aux sons des criquets ? Vvous pouvez toutes les saisir sur l’une des ces bases, éventuellement avec votre smartphone grâce à l’appli Naturalist !
Ces données constitueront votre propre carnet d’observations et alimenteront automatiquement les cartes de répartition des espèces dans la région ; vous valorisez et partagez ainsi vos observations avec toute la communauté naturaliste… Vous profitez aussi des observations des autres et pouvez ainsi mieux connaître le statut régional des espèces.

Ressources :

Guide « Aider et accueillir le Hérisson d’Europe »

Accueillir le Hérisson au jardin

Construire un gîte

Réaliser un gîte « tas de bois »

Dossier Hérisson