Accueil   |   Nos actions   |   Connaître   |   Suivis/Observatoires   |   Oiseaux   |   Tête en l’air – suivi de la migration

Tête en l’air – suivi de la migration

De mi-février à mi-mai, des spotteurs, bénévoles, se succèdent pour compter les nombreux voyageurs à plumes empruntant la vallée du Rhône et ses proches abords. Dans leur périple pour remonter vers leurs terres nuptiales, milans, cormorans, cigognes, bondrées sont dénombrés et les données intégrées au suivi national de la « mission migration ».

Retouvez le programme ici !

 Qu’est-ce que c’est ?

 

Le belvédère de Pierre-Aiguille (altitude : 336 mètres) est situé sur la colline de l’Hermitage (commune de Crozes Hermitage). Celle-ci surplombe les villes de Tain-l’Hermitage et Tournon-sur-Rhône, qui sont séparées par le Rhône. Le belvédère surplombe ainsi le fleuve de plus de 200m. Le paysage s’ouvre sur près de 360 degrés : du Nord-est au Sud-est, les Alpes et Préalpes. Par beau temps, le panorama comprend le Mont-blanc, l’Avant-Pays Savoyard, la Chartreuse, l’Oisans, le Vercors, le Diois, les Baronnies et le Mont Ventoux. Au Sud, le Rhône disparaît derrière les collines du Bas Vivarais, après avoir serpenté dans la plaine de Valence. Du Sud-ouest au Nord-ouest, défilent les plateaux et montagnes ardéchois, avec notamment les sommets des monts Mézenc et Gerbier des Joncs, et enfin le massif du Pilat qui ferme l’horizon, au nord.

 

Pierre-Aiguille 2007 JJP

Suivi de migration à Pierre-Aiguille © J-J Peyrard

 

Le site a été découvert en 1995. La première permanence de suivi scientifique de la migration date de 1998. Depuis 2012, ce sont des spotteurs bénévoles qui se relaient sur le site. Ils essaient au maximum d’y suivre les passages quotidiennement, de février à mai.

 

Pourquoi un suivi de migration sur Pierre-Aiguille ?

 

De par sa géographie, sa diversité et son climat varié, la France est une étape cruciale pour des millions d’oiseaux migrateurs. Cette position privilégiée nous assigne la responsabilité de protéger la biodiversité. Pour répondre à ces enjeux, la Mission Migration est née de la volonté de plusieurs associations. Ce réseau, ouvert à tous, a pour objectif de mutualiser les savoirs, de partager les passions, de diffuser les connaissances sur la migration et de mobiliser l’énergie de chacun afin de garantir l’avenir des oiseaux migrateurs et des espaces dont ils dépendent.

 

Pompe de milans noirs © R Métais

Pompe de milans noirs © R Métais

Le site de Pierre-Aiguille se trouve à un emplacement privilégié puisqu’il se situe à la confluence de deux voies de migration, celle des oiseaux longeant le Rhône et celle des oiseaux provenant du sud-ouest du pays qui traversent les terres. Le principal intérêt du site de Pierre-Aiguille réside dans la grande diversité d’espèces spectaculaires qui peuvent être observées depuis le site : des oiseaux d’eau aux passereaux, des rapaces aux pigeons, sans oublier les Cigognes, Grues, Martinets… Se sont au total 135 espèces qui ont déjà été identifiées sur le site depuis le début du suivi. Si chaque groupe d’espèce n’est pas représenté de manière égale, la migration de certains est très spectaculaire.

 

Les données issues du suivi sur à Pierre-Aiguille sont intégrées au suivi national de la « mission migration » qui permet de mieux comprendre les phénomènes de migration et s’intègrent dans le cadre de l’opération régionale « Tête en l’air ».

 

L’opération « Tête en l’air » est un programme de recherche et de sensibilisation en Rhône-Alpes qui permet, à partir de l’observation et de la compréhension de la migration des oiseaux, de sensibiliser le public à la préservation de la biodiversité. Cette opération se déroule sur un weekend en mars – avril. L’objectif final de ce programme est de permettre au public, à partir de cet événement, de mieux connaître et comprendre les enjeux environnementaux globaux, afin de le conduire à changer ses comportements. Ce programme doit en effet inciter à agir localement de manière durable vers plus de préservation et de protection des milieux et des espèces.

 

Résultats

2016

Pour la cinquième année consécutive, le suivi de la migration à Pierre-Aiguille a eu lieu. Nous vous présentons l’édition 2016 en quelques chiffres : 84 espèces d’oiseaux migratrices, 90 459 oiseaux dénombrés, 60 jours de suivi, 438,45 heures de suivi bénévole, 1500 visiteurs sensibilisés, 50 ornithos bénévoles venus de toute la France.

Cette année encore, les raretés ont animé le suivi : 3 Busards pâles (1 mâle le 22/03 au matin, premier oiseau de la journée, et 2 autres mâles en 10 minutes le 06/04), 1 jeune aigle de Bonelli (surprenant tous les observateurs), 3 mouettes pygmées et 4 avocette élégantes.

Ainsi, 2016 fut encore une belle année de migration riche en surprises et en rencontres. Cela reste toujours un plaisir de pouvoir monter sur ce belvédère et d’y côtoyer toutes sortes de gens, naturalistes ou non, tous attirés par une seule chose : les oiseaux…  Nous espérons être aussi nombreux pour la saison 2017 qui s’annonce passionnante et sûrement riche en nouveautés.

2015

La saison de suivi au belvédère de Pierre-Aiguille bat actuellement son plein.

Mais on peut d’ores et déjà signaler un début de passage prénuptial en vallée du Rhône spectaculaire! En effet, des passages records ont été observés depuis le belvédère de Pierre-Aiguille. Le lundi 02 mars 2015, ce sont les records journaliers de la Grue cendrée et de la Cigogne blanche qui ont été largement battus, avec respectivement 1168 et 1002 individus sur la journée !  A ces passages records s’ajoutent de très bons effectifs sur cette journée pour la Mouette rieuse (3818 individus), la Buse variable (342 individus) et les Cigognes noires (4 individus, passage important pour la date). Mais la folle semaine ne se résume pas à cette seule journée du 02 mars, puisque le vendredi 06, ce sont plus de 1200 rapaces qui ont été dénombrés, dont un record tout simplement hallucinant de 510 Milans royaux migrateurs.

 

logo TEA 20 ans bleuL’année 2015 a également été l’occasion de fêter les 20 ans de « Tête en l’air », lors du weekend du 21 et 22 mars. Malgré le mauvais temps, quelques courageux ont fait le déplacement le samedi pour observer les quelques oiseaux migrateurs. Le dimanche a été nettement plus favorable avec notamment le passage de plus de 160 Milan noir, de 4 Busards des roseaux, de 4 Balbuzards pécheurs et d’une Cigogne noire, qui ont attiré plus d’une centaine de curieux. Ce weekend convivial, riche en animations réalisées par notre animateur Boris Misiak, s’est terminé par un délicieux goûter partagé.

 

2014

2014 était la troisième année de suivi bénévole de la migration sur le site de Pierre-Aiguille. Les bénévoles ont été particulièrement actif puisque tous les jours (enfin, presque ! ) ont pu être suivis sur une période de trois mois allant du 9 février au 17 mai, totalisant 721 heures de présence.

 

Balbuzard pecheur © R Métais

Balbuzard pecheur © R Métais

La saison fut riche puisque 74 764 oiseaux ont été dénombrés pour près de 80 espèces. Pour en citer quelques unes, 9 941 Grand Cormoran, 1 528 cigognes, 31 971 hirondelles et martinets et près de 15 433 rapaces sont passés devant les yeux de nos ornithologues.

Ils ont également eu la chance d’observer plusieurs espèces rares avec notamment des Spatules blanches, un Busard pâle, des Aigles bottés ou encore un Aigle de Bonelli.

 

Le weekend « Tête en l’air » : Près de mille visiteurs sont venus observer les oiseaux sur le belvédère de Pierre-Aiguille. Les échanges avec les visiteurs ont été riches et appréciés.

 

2013

Pour la quinzième année consécutive, avec le retour du printemps, le suivi scientifique de la migration des oiseaux a été assuré sur le site de Pierre-Aiguille (commune de Crozes Hermitage) dans le cadre de l’opération régionale « Tête en l’air » (TEA). Du 16/02 au 12/05/2013, les spotteurs, bénévoles, se sont succédés pour compter les nombreux voyageurs à plumes empruntant la vallée du Rhône et ses proches abords.

Au final, 87 espèces (11 de plus que l’année passée) pour plus de 62 000 individus dénombrés (2,5 fois plus qu’en 2012 !) et pas mal de raretés avec mention spéciale pour 3 busards pâles, 1 Faucon Kobez, 1 Sterne caspienne et 1 Aigle botté.

 

2012

Pour la quatorzième année consécutive, avec le retour du printemps, le suivi scientifique de la migration des oiseaux a été assuré sur le site de Pierre-Aiguille. De mi-février à mi-mai, les spotteurs, bénévoles, se sont succédé pour compter les oiseaux.

Au final, 78 espèces pour plus de 28 000 individus dénombrés et de bien belles observations : une Oie rieuse remontant avec des oies cendrées est observée le 25/02, une Hirondelle rousseline le 31/03, un Aigle botté de phase sombre et 2 spatules blanches sont notés le 20/04.

 

Comment participer ?

 

Belvédère de Pierre-Aiguille © J Traversier

Belvédère de Pierre-Aiguille © J Traversier

Rejoignez nous lors des weekends « Tête en l’air » (courant mars) pour cela tenez vous informé sur la page facebook de la LPO Drôme

Vous voulez vous aussi devenir spotter? Contactez Rémi Métais du groupe jeune.

Accès au site:

En voiture : en provenance du Sud et de l’Est et par l’autoroute A7, sortie Tain l’Hermitage, entrer dans le centre de Tain l’Hermitage, puis suivre la direction « Route des belvédères » / Larnage. Rapidement, le belvédère est indiqué par des panneaux. En provenance du Nord par la nationale 7, deux kilomètres après la sortie de Gervans, tourner à droite direction « Crozes-Hermitage » ; dans le centre de ce village, tourner à gauche et suivre les panneaux « Belvédère de Pierre-Aiguille ».

En train : Gare SNCF à Tain l’Hermitage (4 kilomètres). Gare de Valence TGV à 15 kilomètres.

 


 

Pour plus d’informations:

 

Retouvez le programme ici !