Accueil   |   Nos actions   |   Connaître   |   Suivis/Observatoires   |   Oiseaux   |   Suivis spécifiques

Suivis spécifiques

 

La LPO Drôme a en charge plusieurs suivis dédiés principalement à une espèce et focalisés sur un site.

  • Vautour percnoptère
  • Aigle Royal
  • Rousserolle verderolle
  • Moineau soulcie
  • Circaète Jean le Blanc
  • Merle à plastron
  • Outarde canepetière

 

Vautour percnoptère

Vautour percnoptère SM

Vautour percnoptère © S. Maury

Vautour percnoptère dans la Gervanne : le couple de vautours percnoptères installé dans la Gervanne fait l’objet de toutes les attentions avec une veille régulière et un suivi de sa reproduction. En 2013, le couple a tardé un petit peu et les deux oiseaux ont été observés pour la 1ère fois ensemble le 7 avril soit 17 jours plus tard qu’en 2012 ! La ponte a eu lieu autour du 25 avril et l’éclosion début juin. Le jeune a pu être bagué le 16/07 (bague plastique 9M, lettres noir sur fond blanc) et s’est envolé sans encombre à la fin du mois d’août.

Depuis 2008, année de la découverte du couple, la femelle (surnommée « Pomponette », née dans les Baronnies et qui a fêté en 2013 son onzième anniversaire) a élevé cinq jeunes jusqu’à l’envol, tous bagués au nid par Nicolas Renous. Comme chaque année, Françoise Savasta et Roger Mathieu ont investi beaucoup de leur temps, de leur passion et de leur cœur dans ce suivi attentif et attentionné.

En 2012, le 1er individu a été observé le 20/03, la ponte a eu lieu la deuxième quinzaine d’avril et l’éclosion début juin. Le jeune a pu être bagué le 23/07 et s’est envolé à la fin du mois d’août. Les deux adultes ont quitté la Gervanne à la mi-septembre. La reproduction a donc été un succès et l’année a même été ponctuée d’une observation exceptionnelle du jeune bagué, fin septembre à l’extrême sud-ouest du Portugal ! Un voyageur est donc né, long et beau vol à lui !

 

Aigle Royal

 

Aigle royal © C Ruchet

Aigle royal © C Ruchet

La Drôme compte entre 39 et 45 couples d’aigles royaux sur l’ensemble de son territoire, soit 10% de la population française. Ce département abrite l’une des plus importantes populations connues de Rhône-Alpes (120 couples estimés pour Rhône-Alpes et 250 couples estimés pour l’ensemble des Alpes françaises – source : Bilan 2010 groupe Aigle royal 26).

 

La forêt départementale de Saoû est un espace naturel sensible (ENS) géré par le service ENS du Département de la Drôme depuis fin 2003. Ce site de 2 500 hectares, doté d’un patrimoine naturel et culturel particulièrement riche, abrite deux couples d’Aigles royaux dont le plus ancien est connu depuis les années 1980 (Ligue pour la protection des oiseaux, LPO Drôme). Chaque année, depuis 2007, le service ENS met en place et réalise en régie directe un suivi spécifique de ces deux couples afin de connaître le succès de reproduction de chacun d’entre eux et d’évaluer le taux de réussite année après année, dans le cadre du suivi départemental piloté par le groupe Aigle royal 26 (LPO Drôme et FRAPNA Drôme).

 

Rousserolle verderolle

2013 était la deuxième année de suivi bénévole organisé par le groupe « Royans », en partenariat avec l’association « 1 000 Traces », sur la commune de Saint Agnan, focalisé sur une petite zone humide.

Moineau soulcie

Moineau soulcie rM DSCN7729

Moineau soulcie © R. Mathieu

Une des plus importantes populations drômoises de l’espèce est suivie annuellement dans la vallée de la Gervanne, sur la commune de Beaufort sur Gervanne. Initié en 1998, ce travail a débouché sur un programme personnel de baguage au départ mené par Sébastien Blache puis relayé par François Humbert (ancien président du CORA Drôme). Bien que conduit à titre privé, ce programme s’articule avec les actions du programme « biodiversité dans la Gervanne et la Sye » pilotées par la LPO Drôme et particulièrement la pose et le suivi de l’occupation de nichoirs.

Circaète jean le blanc

Circaete Jean-le-Blanc vP 5.09.10_Andance-07.1

Circaete Jean-le-Blanc © V. Palomares

En 2013, pour la 1ère année en Drôme, un suivi du Circaète Jean le blanc dans les Baronnies (groupe local Nyons) s’est mis en place en partenariat avec le CROP (CROP : Centre de Recherches Ornithologiques de Provence ). Pour lancer l’idée et mobiliser, deux soirées projection ont permis aux personnes intéressées d’en apprendre un peu plus sur l’oiseau et sur le protocole.

Les conditions météorologiques très mauvaises du printemps 2013 ont fortement perturbé cette 1ère année d’observation et ont surtout eu des conséquences importantes sur l’installation et la nidification du circaète. Les prospections ont débuté fin mars pour ensuite se poursuivre régulièrement, en semaine et en WE, portées par les bénévoles des deux structures. Les prospections collectives sur le Toulourenc et l’Ouvèze ont rassemblé plus de vingt participants à chaque fois.

Si les prospections n’ont pas permis de définir précisément les secteurs de nidification, elles ont largement renseigné sur le nombre d’individus présents et par conséquent sur le nombre de couples potentiels. Ainsi, un minimum de 10 couples probables a pu être localisé et les recherches seront affinées les années à venir.

 

En 2014, la LPO Drôme accueille une stagiaire de BTS « gestion protection de la nature » (Maude Oort) qui passera 4 semaines à préciser les prospections sur des zones plus restreintes et rédigera un bilan des 2 années.

Pour plus d’informations, contactez Anne Simon pour le groupe local du nyonsais.

Merle à plastron

Suivi du Merle à plastron sur la réserve naturelle nationale des hauts plateaux du Vercors : ce suivi est basé sur des opérations de baguage en place depuis 2001 dans le vallon de Combeau, au sud-est de la réserve. A l’origine destinées à mieux connaître l’évolution des populations du merle sur les hauts plateaux, les captures ont permis également de suivre la dynamique de la communauté avifaunistique subalpine. Nous constatons une réelle régression des populations de cette communauté sur ces dix dernières années. Paradoxalement, en 2012, les résultats montrent une nette augmentation des effectifs du Venturon montagnard, difficile à expliquer. Le Merle à plastron retrouve une certaine stabilité après un fort déclin d’une décennie.

 

Outarde canepetière

Outarde canepetiere Vincent Fort

Outarde canepetiere © V. Fort

Le suivi national « Outarde », tenu tous les 4 ans, a été pris en main bénévolement par Jean-Noël Héron dans l’extrême sud de notre département. Dans la région de Pierrelatte, Rochegude, Suze la Rousse, un petit noyau subsiste en zone viticole, en limite de répartition des populations méditerranéennes. Ce noyau constitue le tout dernier groupe fonctionnel pour Rhône-Alpes, d’où une grande responsabilité pour notre association à l’échelle régionale. En 2012, si la population totale de mâles chanteurs est stable par rapport à 2008, les outardes de Pierrelatte semblent avoir malheureusement disparu et avec elles, un bastion historique de l’espèce dans le sud de la Drôme.