Accueil   |   Nos actions   |   Connaître   |   Suivis/Observatoires   |   Oiseaux   |   Observatoire "rapaces"

Observatoire "rapaces"

 

L’observatoire rapaces est basé sur un recensement le plus exhaustif possible des couples de rapaces nicheurs présents au sein de carrés de 5 x 5 km. Il permet d’accroître et d’affiner les connaissances sur l’état des populations et de dégager les tendances et évolutions des rapaces nicheurs de France. Il a donc pour vocation d’orienter les stratégies de conservation des rapaces. Il s’avère notamment être un outil efficace pour déceler d’éventuels déclins et permettre de réagir rapidement. Aujourd’hui, ce programme, à notre connaissance, est le seul qui existe sur un territoire aussi grand au niveau français.

Afin que nous soyons les plus nombreux possible à participer à l’Observatoire rapaces, faites connaître le projet autour de vous et diffusez largement cet appel. D’avance merci pour votre contribution et à vos jumelles ! Destiné tant aux spécialistes qu’aux débutants, n’hésitez plus, participez à ce programme de conservation dès maintenant !

 

Qu’est-ce que c’est ?

L’Observatoire rapaces est un recensement le plus exhaustif possible des couples de rapaces nicheurs diurnes présents sur un carré de 5 km de côté. Au moins un carré par département doit être suivi chaque année, à choisir parmi cinq carrés tirés au sort.

L’Observatoire est la suite de l’enquête Rapaces, lancée entre 2000 et 2002, à laquelle près de 1700 observateurs avaient participé en recensant tous les rapaces nicheurs diurnes présents sur 1 230 carrés. Suite à cet inventaire, il a été proposé, après discussion avec les coordinateurs, de poursuivre cette enquête sur une base annuelle, avec un échantillonnage très restreint.

La technique de dénombrement des rapaces est laissée au choix des observateurs. La période de suivi s’étend de février – début mars (autour des palombes, aigles) à juillet voire début septembre (faucon hobereau, circaète Jean-le-Blanc), à raison d’environ deux journées de terrain par mois pour approcher l’exhaustivité. Cela peut se faire seul, à deux, en équipe…

Pour que le projet soit viable et pertinent, au moins un carré doit être recensé par département chaque année. En effet, des simulations réalisées au CNRS de Chizé ont montré que pour les espèces les plus communes, l’estimation nationale de l’abondance est robuste même lorsque l’on ne travaille qu’avec 5 % des carrés centraux. En d’autres termes, avec seulement un carré central sur 20, c’est-à-dire en moyenne seulement un carré par département, il est  possible de suivre l’abondance nationale d’une quinzaine d’espèces de rapaces annuellement. Le point crucial est que ces carrés doivent être tirés aléatoirement, pour des raisons de robustesse statistique et donc, de fiabilité des résultats.

 

Pourquoi un observatoire ?

L’enquête nationale sur les effectifs nicheurs de rapaces est le premier point de comparaison solide pour mesurer les évolutions, à condition bien sûr d’être poursuivie avec la même méthodologie. Plutôt que de recommencer une grande enquête exhaustive tous les 10 ou 20 ans, nous avons opté pour un suivi annuel beaucoup plus léger. Les simulations effectuées par le CNRS de Chizé avec le programme informatique utilisé sur les données recueillies au cours de l’enquête ont en effet montré qu’un échantillonnage minimum de 100 carrés, au lieu des quelques 1 500 nécessaires pour une bonne couverture de la France, pouvait suffire pour donner une tendance fiable de l’évolution des effectifs nicheurs des espèces à vaste répartition (surtout Buse, Bondrée, deux Accipiter, deux milans, Faucons hobereau et Crécerelle et Busard Saint-Martin). Les autres espèces seront moins bien contrôlées par ce type d’échantillonnage mais au moins les plus rares continueront à être suivies aussi précisément que possible dans le cadre des plans de restauration ou autres actions de conservation, comme par le passé.

Ce suivi annuel ou Observatoire rapaces doit donc permettre d’accroître et d’affiner les connaissances sur l’état des populations et de dégager les tendances et évolutions des rapaces nicheurs de France. Il a donc pour vocation d’orienter les stratégies de conservation des rapaces. Il s’avère notamment être un outil efficace pour déceler d’éventuels déclins et permettre de réagir rapidement. Il est donc un fabuleux outil de connaissance au service de la conservation des rapaces.

Résultats

carre rapace 1

2015

Les carrés 2015 concernent les communes de Saint-Sorlin-en-Valloire, Le Grand Serre/limite Isère, Loriol-sur-Drôme/Saulce-sur-Rhône, La Bégude-de-Mazenc, Orcinas/Comps.

2014

Christophe Carton s’étant éloigné de la Drôme l’an dernier, aucun carré n’a été suivi en 2014 en Drôme.

2013

Un seul carré a pu être réalisé en 2013.

2012

Plusieurs sorties ont été effectuées en 2012, sur deux carrés (Peyrus et Bouvante), représentant une vingtaine de journées d’observation réalisées par une quinzaine de personnes.

Comment participer? 

 

La LPO Drôme est coordinatrice départementale de cet observatoire, les prospections étant assurées par les bénévoles naturalistes.

Si vous êtes motivé(e) pour coordonner la prospection d’un carré, n’hésitez pas à contacter Cindie Arlaud.

Contact

Cindie Arlaud

cindie.arlaud@lpo.fr

 

 


 

Plus d’informations sur le site dédié à l’observatoire : http://observatoire-rapaces.lpo.fr/