Accueil   |   Nos actions   |   Connaître   |   Suivis/Observatoires   |   Oiseaux   |   L’observatoire des hirondelles

L’observatoire des hirondelles

Parmi les oiseaux proche de l’homme, les hirondelles occupent une place de choix. Considérées comme annonciatrice du printemps et porteuses de chance, elles sont présentes dans les contes, les chansons et les croyances populaires. Cependant, l’Hirondelle de fenêtre et l’Hirondelle rustique ont subi des pertes importantes de leurs effectifs ces dernières années : jusqu’à 21% depuis 1989 pour la première et 34% pour la seconde.

Afin d’étudier leurs populations, la LPO France a lancé en 2012 et 2013 une grande enquête participative sur les hirondelles : L’observatoire des hirondelles.

Les bénévoles de la LPO Drôme, après avoir participé à cette enquête, ont décidé de poursuivre les comptages de nids occupés par les hirondelles de fenêtre dans les villes et les villages de la Drôme.

 

header_logo

Pourquoi une enquête sur les hirondelles?

Victimes des évolutions des paysages, de la raréfaction de leurs proies, des pratiques humaines, les hirondelles sont en déclin depuis plusieurs décennies d’où cet effort supplémentaire pour mieux connaître leur devenir. Trois espèces sont concernées : les hirondelles rustiques, de rivage et de fenêtre.

Seules deux de ces espèces fréquentent nos bâtiments : l’Hirondelle rustique et l’Hirondelle des fenêtres. Leur différenciation est facile même pour un œil novice ! L’Hirondelle des fenêtres est reconnaissable à son dos noir-bleuté son ventre et son croupion blanc ainsi qu’à sa queue légèrement échancrée. Sa cousine, l’Hirondelle rustique, plus élancée, présente un dessus uniformément noir bleuté et un ventre blanc cassé. Sa queue, largement échancrée prolongée de longs filets ainsi que son front et sa gorge rouge brique permettent facilement de l’identifier.

2016

Si l’on regarde le chiffre global en bas de colonne du tableau ci-dessus, le nombre de nids d’hirondelles de fenêtre occupés a diminué en 2016 par rapport à 2015… Mais à y regarder de plus près, on voit que la commune de Dieulefit n’a pas été prospectée cette année ;  les chiffres sont donc plutôt encourageants, en hausse à Alixan, Die et Grignan (+ 300% en trois ans !) et en forte hausse à Allan. La seule baisse du nombre de nids est constatée à Saint-Nazaire-en-Royans, qui passe de 74 à 56 (à noter cependant : des hirondelles reconstruisent sur la maison où tous les nids avaient été détruits il y a quelques années).

Des chiffres que l’on peut donc qualifier de plutôt bons dans l’ensemble, mais il ne faut pas pour autant crier victoire : il faut espérer que les années à venir aillent dans le même sens…

Remercions de nouveau tous les participants aux comptages qui, année après année, nous aident à avoir de meilleures données sur l’évolution de la population d’hirondelles de fenêtre de notre département.

2015

Pour faire suite à l’enquête nationale hirondelles ( 2012-2013), la LPO-Drôme avait décidé de continuer les inventaires d’hirondelles de fenêtre dans huit communes du département. Ainsi, depuis 2012, Alixan, Dieulefit, Allan, St Jean en Royans, St Nazaire en Royans, Grignan, Taulignan et Die et sont prospectées. Il apparaît que la forte baisse de ces dernières années semble enrayée. Il est bien sûr trop tôt pour tirer des conclusions définitives mais, dans plusieurs communes, les chiffres sont encourageants : hausse du nombre de nids occupés à Dieulefit, Grignan, Die et St Nazaire en Royans (à noter que dans cette commune il y avait eu une destruction massive de nids en 2012 sur une maison en rénovation) et quasi stabilité dans les autres.

Nous allons continuer à inventorier ces communes dans les années à venir pour avoir des données plus fiables en espérant que la tendance qui semble s’amorcer s’amplifiera ! Un grand merci à tout ceux qui font les comptages et qui me transmettent leurs chiffres année après année !

2014

Pour poursuivre l’étude sur les hirondelles, des bénévoles de la LPO Drôme ont poursuivi les prospections en 2014.

Les comptages font apparaître une baisse générale du nombre de nids occupés, ainsi Alixan passe de 61 nids en 2013 à 45 en 2014 ; Dieulefit accuse aussi une légère baisse (de 39 à 37).  Taulignan (il est à noter que ce village est le seul de la Drôme où les comptages se font depuis de nombreuses années grâce à un bénévole particulièrement actif) semble amorcer un légère augmentation après une forte baisse (22 nids en moins entre 2012 et 2014). La plus forte baisse enregistrée est à St Nazaire en Royans qui passe de 136 nids occupés en 2012 à 39 en 2014, ce qui s’explique par la destruction d’une grosse colonie (56 nids sur une même maison) suite à une rénovation. Des inventaires ont eu lieu pour la première fois en 2014 dans deux communes : Die (31 nids) et Grignan (10 nids). Les comptages se poursuivront dans les années futures grâce aux bénévoles et nous pourrons ainsi avoir des statistiques fiables sur notre département.

2013

La grande enquête nationale lancée par la LPO a donc pris fin en 2013 après cette deuxième année d’inventaire. Trois espèces étaient concernées : les hirondelles rustiques, de rivage et de fenêtre.

Après les cinq communes de 2012, cinq nouvelles communes ont été choisies en 2013 :  Alixan, Allan, Beaufort sur Gervanne, Dieulefit et Saint Jean en Royans. De nombreux bénévoles — qu’ils en soient remerciés — se sont mobilisés au cours de l’été pour effectuer les comptages.

Pour les hirondelles de fenêtre, il a été comptabilisé 109 nids occupés à Beaufort-sur-Gervanne (en partenariat avec l’association Lysandra), 61 à Alixan, 42 à St Jean en Royans, 39 à Dieulefit et 31 à Allan. Pour les hirondelles rustiques, les inventaires ont été moins exhaustifs et les résultats sont encore plus décevants : 44 nids à Allan et 24 à Alixan. Quant aux hirondelles de rivage – qui creusent des nids dans les carrières et vivent généralement en colonie – elles sont plus difficiles à localiser que leurs cousines. De nombreux nids étaient occupés dans les carrières de la région, mais l’équipe bénévole n’a pas pu les comptabiliser.

2012

Cinq communes ont été choisies en 2012 pour représenter au mieux les diversités géographiques et climatiques de notre département : Taulignan, Buis-les-Baronnies, Bourg-de-Péage, Saint-Nazaire-en-Royans et La Motte Chalancon. De nombreux bénévoles — qu’ils en soient remerciés — se sont mobilisés au cours de l’été pour effectuer les comptages. Les résultats pour les hirondelles de fenêtre sont inquiétants : à Bourg-de-Péage (10 000 habitants), seulement 52 nids occupés ont été recensés, et 54 à Buis-les-Baronnies. Les résultats sont (un peu) meilleurs dans les communes plus petites ou plus rurales : 64 nids occupés à La Motte Chalancon, 53 à Taulignan et (le record !) 136 à Saint-Nazaire-en-Royans, dont 54 occupés sur une seule et même maison !

Diminution

Plusieurs facteurs expliquent la diminution : disparition des ressources alimentaires à cause de l’utilisation massive des pesticides, disparition des habitats lors des rénovations de maison… Les hirondelles sont pourtant des auxiliaires précieuses pour éviter la prolifération d’insectes gênants pour l’homme comme le moustique par exemple.

Comment participer ?

Les efforts de prospection continuent et nous avons besoin de votre aide !

Pour participer, contactez Dominique Ducrocq, responsable de l’enquête hirondelles pour la LPO  Drôme.

Contact

Dominique Ducrocq

dom.ducrocq@orange.fr