Accueil   |   Nos actions   |   Connaître   |   Bases de données

Bases de données

De tous temps, les naturalistes se sont organisés pour rigoureusement consigner, classer et gérer leurs données, souvent le fruit de nombreuses heures d’observation. Depuis quelques années, et particulièrement avec le développement des plateformes en ligne « Visionature », la quantité de ces données s’est considérablement accrue et l’accès aux bases s’est largement démocratisé. Ces bases de données sont de très précieux outils pour notre association et sont le premier rouage de notre action. La LPO Drôme gère ou participe actuellement à la gestion de plusieurs d’entre elles. Les bases de données nous permettent de participer au débat public de manière pertinente, d’apporter des expertises fréquentes sur de nombreux projets, de fournir à des partenaires qui le souhaitent une plateforme pour gérer leurs observations, de partager les connaissances avec tous les citoyens intéressés. Elles constituent la base de nos actions bénévoles et salariées.

Les bases de données LPO Drôme


Bilan de Faune-Drôme 2013

Nous estimons en 2013 à 8 685 heures le temps passé par nos bénévoles autour de Faune-Drôme, 7 380 heures de collecte de terrain, 720 heures de saisie et 585 heures de gestion/validation.

A la fin 2013, Faune-Drôme c’est :

  • 257 835 données saisies depuis 2010 dont 68 453 en 2013 (en baisse de 15 % par rapport à 2012) ;
  • 1 038 contributeurs (en hausse de 31 % par rapport à fin 2012 !) ;
  • 89,2 % des observations concernent les oiseaux, 4,7 % les mammifères et viennent ensuite dans l’ordre les papillons, les reptiles, les odonates et les amphibiens ;
  • l’espèce la plus souvent notée , le Pinson des arbres. Puis suivent la Mésange charbonnière et le Merle noir, tout comme en 2012 ;
  • les communes les plus abondamment renseignées par les observateurs sont dans l’ordre  Chateauneuf du Rhône, La Roche de Glun et Romans sur Isère. 6 des 10 communes les plus renseignées sont dans la vallée du Rhône
  • Châteauneuf sur Isère est la commune la plus riche avec 283 espèces observées (+ 12 espèces par rapport à 2012). Viennent ensuite Livron sur Drôme et Châteauneuf du Rhône, même podium qu’en 2012.

Il n’en demeure pas moins, malgré ce foisonnement d’activités, que de nombreuses régions du département restent peu connues et peu parcourues.

Alors promenez-vous, aventurez-vous dans cette belle nature drômoise et aidez-nous à mieux la connaître tout en la respectant !

 


 visio_pages