Accueil   |   Actualité : J’ai trouvé un oiseau, que dois-je faire ?

J’ai trouvé un oiseau, que dois-je faire ?

De trop nombreux animaux sauvages sont recueillis et amenés en centre de sauvegarde sans réelle cause de détresse. Voici quelques conseils à suivre lorsque vous tombez face à un animal en détresse ou qui semble l’être.

Le printemps est arrivé et qui dit printemps dit… retour des oiseaux en pleine activité ! Au cours de vos sorties, vous serez peut-être amené à tomber face à un oiseau en détresse, blessé ou qui semble l’être ou encore face à un oisillon au sol. Dans ces situations, que dois-je faire ?

De trop nombreux animaux sauvages sont recueillis et amenés en centre de sauvegarde sans réelle cause de détresse. Aussi, avant d’agir, assurez-vous d’abord que l’animal est bien en situation de détresse. Prenez le temps d’observer, de regarder l’environnement dans lequel vous l’avez trouvé. C’est important car un animal n’est pas forcément en détresse ou abandonné par ses parents quand on le trouve au sol…

Attention ! Certains oiseaux peuvent être dangereux. S’il s’agit d’un rapace (buse, milan, chouette, hibou…), pensez à vous protéger des serres. Utilisez des gants ! Rappelons que les serres servent à découper et tuer leurs proies… De la même manière, les ardéidés (héron, aigrette…) ont des becs caractéristiques à la fois très coupants et très pointus : soyez vigilant aux mouvements de votre tête et de celle de l’oiseau !

Premièrement, s’il s’agit d’un oiseau blessé, malade ou affaibli

  • Capturez-le avec prudence, précautions et sans précipitation à l’aide d’un tissu épais (serviette, vêtement…). L’obscurité calmera l’oiseau. Évitez de faire du bruit, des gestes brusques ou de crier autour de l’oiseau. Maintenez-lui les ailes collées au corps et la tête cachée. Ne jamais bloquer ou fermer le bec d’un oiseau avec un élastique ou du ruban adhésif !
  • Mettez le dans un carton que vous aurez d’abord percé de petits trous puis, mettez-le au calme et plutôt au chaud. Ne le mettez pas en cage, il risquerait de se blesser davantage.
  • N’exhibez pas votre trouvaille outre mesure : le stress peut le tuer !
  • Même si vous pensez bien faire, ne lui donnez ni à manger, ni à boire ! Vous risqueriez de l’étouffer ou de lui donner une nourriture inadaptée.
  • Appelez le centre de soins le plus proche de chez vous.

Deuxièmement, s’il s’agit d’un oisillon

La reproduction des oiseaux commence au printemps. Après quelques jours ou semaines, les jeunes oiseaux se retrouvent vite à l’étroit dans le nid et peuvent facilement s’aventurer au sol, à la merci des dangers. Mais attention, un jeune oiseau au sol est très rarement abandonné : dans la plupart des cas les parents se trouvent aux alentours, partis à la recherche de nourriture ou attendant qu’un potentiel danger se soit éloigné (vous ! par exemple…). Ne le ramassez-pas systématiquement ! 

  • Pour un oisillon bien emplumé (presque volant), qui sautille au sol mais qui ne vole pas encore, il peut soit avoir quitté son nid trop tôt ou être à quelques jours de son envol. Laissez faire ses parents. S’il se trouve en un lieu particulièrement exposé (chats, routes…), essayez de le mettre en sûreté sur une branche, un muret, dans une haie, un buisson… et à proximité de l’endroit où vous l’avez trouvé.
  • Les oiseaux, contrairement aux mammifères, ont un odorat très peu développé. Aussi, sachez que le fait de les toucher n’entraînera AUCUN rejet par les parents.
  • Si l’oisillon est très jeune, sans plume (encore rose) ou si vous avez le moindre doute : appeler le centre de soins le plus proche de chez vous qui vous donnera les meilleurs conseils en fonction de la situation.

Par ailleurs, sachez que certaines espèces (lièvres d’Europe, chevreuils…) cachent leurs petits dans l’herbe haute des prairies. Ceux-ci restent alors immobiles, à l’endroit exact où leur mère les a laissés. Il ne faut alors surtout pas les récupérer, ni même les toucher ! Vous risqueriez de les condamner en voulant bien faire…

En Drôme et en Ardèche, un seul contact pour la faune sauvage en détresse : le CSDA (Centre de sauvegarde de la faune sauvage Drôme Ardèche) basé à Crest et joignable au 09 52 56 00 80.

N’hésitez pas à partager au plus grand nombre et à en parler autour de vous. Adoptons les bonnes pratiques en matière de faune sauvage en détresse ! Merci à vous !