Accueil   |   Actualité : « Déconfinés mais toujours aux aguets ! »

« Déconfinés mais toujours aux aguets ! »

Après deux mois de confinement, nous allons commencer à pouvoir circuler plus librement, que ce soit dans les parcs ou sur les sentiers. La faune sauvage a profité de l’absence d’activités humaines pour se réapproprier certains espaces… Dès lors, la LPO appelle à la vigilance et vous donne quelques conseils pour éviter de lui nuire par inadvertance.

Qui n’a pas envie d’aller se dégourdir les jambes ou de reprendre son activité physique favorite aussitôt le confinement levé ? Mais ce n’est pas sans appliquer quelques précautions vis-à-vis de la biodiversité…

Au volant, levez le pied ! Nos routes étant devenues quasiment  désertes, plusieurs  espèces ont pris l’habitude de les traverser tranquillement. Cela augmente les risques de percuter un hérisson, un blaireau ou même un oiseau…

Pour les sportifs de plein air tels que les parapentistes, les grimpeurs et les randonneurs, vous avez aussi un énorme rôle à jouer ! Avant de prévoir votre sortie, consultez le site Biodiv’sports afin d’éviter les zones sensibles pour la faune .

Commençons par la randonnée, activité prisée car accessible à tous. Restez bien sur les sentiers (comme d’habitude !) et observez bien ce qui se passe autour de vous : de nombreux chamois sont de retour dans les alpages… Si vous en croisez un, contournez-le si c’est possible ; sinon, attendez qu’il parte. Idem pour les oiseaux  souvent posés au  sol comme les Tétras-Lyre ou les lagopèdes.

Amis grimpeurs, une forte probabilité de trouver des nids de rapaces dans les cavités de parois d’escalade est à envisager. Aussi, avant de commencer votre activité, étudiez bien la falaise, observez si des rapaces planent autour du site. Si vous avez un doute, changez de paroi ou de spot d’escalade pour ne pas déranger la nidification d’oiseaux qui peinent à se reproduire…

Les parapentistes et amoureux du deltaplane ne sont pas en reste : avant de vous lancer, vérifiez, là aussi, si des rapaces ne tournent pas près des falaises et, si vous en voyez un pendant votre vol, éloignez-vous-en le plus possible.

Vos remarques et nouvelles observations sont les bienvenues. Une nouvelle espèce dans un jardin public ? Au bord de votre rivière ou dans votre coin de forêt préféré ? Ayez le déclic « J’observe, je clique ! » : saisissez votre observation sur www.faune-drome.org !

Et si vous pensez avoir dérangé un rapace, en montagne, contactez Cindie Arlaud !

Si vous tenez compte de tout cela, l’expansion qu’a connue  la nature pendant notre confinement pourra porter pleinement ses fruits…

Nous vous remercions à l’avance de votre participation et vous souhaitons à toutes et tous de très belles sorties !