Accueil   |   Actualité : Consultation publique pour un projet d’arrêté préfectoral concernant la création d’une réserve de chasse et de faune sauvage au sein de la réserve naturelle des Ramières

Consultation publique pour un projet d’arrêté préfectoral concernant la création d’une réserve de chasse et de faune sauvage au sein de la réserve naturelle des Ramières

L’État envisage la création d’une Réserve de chasse et de faune sauvage* sur le domaine public fluviale inclus au sein de la Réserve naturelle des Ramières.

Située au coeur du Val de Drôme, cette zone humide abrite d’abondantes faune et flore qu’il convient de protéger (200 espèces d’oiseaux, 46 de libellules, 17 de mammifères (dont le retour de la loutre), et 680 espèces végétales, dont la rare Nigelle de France).

Conformément à la réglementation, ce projet d’arrêté préfectoral est actuellement dans sa phase de consultation du public, et ce jusqu’au 2 juin 2016 inclus.

Il est à savoir qu’une réserve de chasse a déjà été instituée durant deux ans, ce qui s’est traduit par un accroissement significatif du nombre de canards (cf. document joint), et dont l’arrêté a malheureusement été cassé début 2016 sous la pression de certains élus et d’une partie du milieu cynégétique.

Nous vous invitons à y répondre en nombre en cliquant ici. En effet, un nombre important d’avis favorables confortera d’autant plus la position actuelle de la préfecture !

Vous trouverez ci-contre une mise au point de la LPO Drôme à destination des élus et des citoyens et le courrier adressé par Gilbert David (Président de la LPO Drôme) à la préfecture à ce sujet. Vous pourrez y puiser des arguments pour votre propre contribution.

N’hésitez pas à formuler une réponse personnelle : quelques mots suffisent, en appuyant par exemple sur le stationnement des canards bien plus important lorsqu’une réserve de chasse est instaurée.

* « Les réserves de chasse et de faune sauvage ont pour but de protéger les espèces animales et leurs habitats afin d’assurer la conservation de la biodiversité, dans le cadre d’un équilibre agro-sylvo-cynégétique et d’une gestion cynégétique durable ».