Accueil   |   Actualité : Ardéchois, Ardéchoises,votez pour l’Elanion blanc et le Courlis cendré !

Ardéchois, Ardéchoises,votez pour l’Elanion blanc et le Courlis cendré !

La présence à Saint-Jeure-d’Ay (07) de courlis cendrés et d’un cortège d’oiseaux liés au monde agricole, précieux auxiliaires dans la lutte contre les ravageurs, et la rencontre d’exploitants engagés dans la culture biologique, ont fait germer l’idée de ce projet de valorisation de ce patrimoine naturel.

En votant et invitant à voter vos connaissances pour ce projet, vous nous donnerez une chance de pouvoir en obtenir le budget !

Chaque citoyen de plus de 11 ans résidant en Ardèche dispose de dix points à répartir entre les projets sélectionnés ; les projets récoltant le plus de points sont sélectionnés jusqu’à la consommation totale de l’enveloppe du Budget participatif de la jeunesse en Ardèche. Bien entendu, vous pouvez attribuer vos dix points à notre projet ! 

Genèse et présentation du projet

En France, le cortège des oiseaux des milieux agricoles a diminué de près de 40 % en 30 ans. Dans ce contexte de crise et de perte de biodiversité, la LPO intervient dans de nombreux programmes en lien avec l’agriculture afin d’enrayer cette chute. En effet, fin 2018, la LPO France a lancé, avec le soutien de l’Association Permanente des Chambres d’Agriculture (APCA), un nouveau programme intitulé “Des terres et des ailes”, pour lutter contre la disparition des oiseaux communs de nos campagnes. Un site internet dédié et complet permet à tout un chacun de participer de manière libre et autonome et de trouver une mine d’astuces et de document technique, mais également de mettre en valeur les actions réalisées sur les exploitations agricoles : Des Terres et des ailes.

Dans le cadre de ce programme national, la LPO Auvergne-Rhône-Alpes — Délégation territoriale Drôme-Ardèche (ci-après dénommée “LPO 07” ou “nous”) mène des actions avec les agriculteurs du territoire, en les aidant à favoriser la biodiversité* au sein de leurs exploitations : diagnostics environnementaux des parcelles ; chantiers de plantation de haies champêtres et de création de mares ; installation de nichoirs pour oiseaux, de gîtes à chauves-souris, de perchoirs à Rapaces…

Au printemps 2020, les bénévoles de la LPO 07 (groupe LPO local “Nord-Ardèche) ont signalé la présence du Courlis cendré* (Numenius arquata) sur le secteur du lieu-dit “la Plaine” à Saint-Jeure-d’Ay. Cette espèce est désormais rare sur notre territoire : la présence de cette petite population locale, connue depuis au moins une dizaine d’années, constitue la seule du département.

À une échelle plus vaste (Ardèche-Drôme), il s’agit de la seule population nicheuse en milieu agricole (les autres sites de nidification identifiés en Drôme étant les aérodromes de Valence-Chabeuil et Saint-Rambert-d’Albon).

À la fin du mois de mai 2020, l’intérêt naturaliste pour ce secteur s’est considérablement renforcé avec la mention d’un Élanion blanc* (Elanus caeruleus), Rapace originaire d’Afrique du Nord puis d’Espagne, encore rare en France, posé sur un arbre mort au milieu des champs. Une quinzaine de jours plus tard, l’individu encore présent a été rejoint par un second ; des accouplements et des apports de matériaux (pour la construction du nid) sont observés ; la femelle devient ensuite plus discrète et semble couver… En août, le nid comporte 4 oisillons, bientôt prêts pour l’envol. Cette reproduction est inédite : il s’agit d’une première historique pour le département de l’Ardèche !

Dans les projets que nous développons avec les agriculteurs du territoire, rares sont les opportunités comme celles-ci d’agir en faveur d’espèces globalement menacées et pour lesquelles ce secteur présente assurément un rôle moteur dans leur préservation à l’échelle locale.

D’autant plus qu’au-delà du Courlis cendré et de l’Élanion blanc, le site semble encore favorable à de nombreuses espèces aviaires des milieux agricoles aujourd’hui en déclin : Bruant proyer*, Pie-grièche écorcheur*, Tarier pâtre*…

C’est donc l’aspect exceptionnel de la biodiversité de ce territoire, mis en lumière par un réseau actif de bénévoles ardéchois, qui nous a conduit à élaborer le présent projet de candidature au programme “Je participe”.

Secteur

Le territoire concerné est celui  de la Communauté de communes du Val d’Ay, située en Ardèche verte et rassemblant 8 communes : Lalouvesc, Préaux, Saint-Alban-D’ay, Saint-Pierre-sur-Doux, Saint-Romain-d’Ay, Saint-Symphorien-de-Mahun, Satillieu et Saint-Jeure-d’Ay.

Localisation du projet

Géographiquement, le projet pour l’année 2021 cible en priorité les plaines agricoles entre le village de Saint-Jeure-d’Ay et le hameau de Marsan (commune d’Eclassan). C’est notamment dans cette zone que le Courlis cendré et l’Élanion blanc se sont reproduits en 2020.

Description détaillée du projet

Notre projet se décline sous trois volets complémentaires : le renforcement de la connaissance scientifique naturaliste (notamment ornithologique) des milieux agricoles ciblés ; la mise en place d’actions de maintien du paysage bocager et de conservation des espèces à forts enjeux ; enfin la sensibilisation, la mobilisation et la formation des citoyens locaux.

(c) F.G.

VOLET 1 – Inventaire des espèces des milieux agricoles

Etat des lieux de la connaissance faunistique des milieux agricoles

Il s’agit de réaliser une synthèse naturaliste à partir de la base de données naturalistes Faune-Ardèche, afin de déterminer quelles espèces sont présentes sur le secteur.

Temps de travail estimé : 1  j. de travail salarié chargé d’études

Inventaire participatif des espèces

Pour certaines espèces (Courlis cendré de mars à juin, Chevêche d’Athéna* de mars à avril, Râle des genêts* de mai à juin), plusieurs séances d’inventaire sont prévues afin de localiser et dénombrer les potentiels couples nicheurs. De mars à juin 2021, 4 passages — en fin de journée, entre le crépuscule et la nuit — seront nécessaires (soit au total 2 jours (4*½ journée) avec 10 bénévoles = 20 jours bénévoles). Les citoyens seront invités à participer à ces séances d’inventaire. Ce sera pour eux l’occasion de découvrir quelques espèces liées aux milieux agricoles et présentes sur leur territoire, ainsi que des méthodes pour les observer et les inventorier.

Il sera auparavant nécessaire de réaliser un travail de recherche bibliographique, afin de définir le protocole de l’étude (1 jour salarié).

Enfin, cette opération nécessitera également un travail de coordination du réseau de bénévoles (1 jour salarié).

 Temps de travail estimé : 2  j. de travail salarié chargé d’études + 2 j. de terrain avec 10 bénévoles
(= 20 jours bénévoles, valorisés)

Sous-total (VOLET 1) temps de travail estimé :
1+2 = 3 j. de travail salarié chargé d’études
2*10 = 20 jours bénévoles

(c) F.G.

VOLET 2 – Actions de conservation des espèces des milieux agricoles

Protection des sites de reproduction du Courlis cendré et de l’Élanion blanc

Une première étape d’animation territoriale consistera à rechercher et contacter les propriétaires et exploitants des parcelles agricoles identifiées.

 Temps de travail estimé : 0,5 j. de travail salarié chargé d’études

 Il faudra ensuite rencontrer les propriétaires pour assurer la préservation des sites de nidification (pour le Courlis cendré, il s’agira a minima de matérialiser l’emplacement des nids).

Temps de travail estimé : 2 j. de travail salarié chargé d’études + 5 jours de travail bénévole

Enfin, le lien créé avec les agriculteurs locaux sera l’occasion de déployer le programme de la LPO “Des terres et des ailes” (cf. supra) à l’échelle du territoire. Il est notamment prévu de chercher à maintenir les bâtiments d’élevage favorables à l’Hirondelle rustique*.

Temps de travail estimé : 5 j. de travail bénévole

Chantier de plantation de haie avec les agriculteurs – objectif : 300 mètres linéaires

Une demi-journée de travail salarié sera d’abord nécessaire pour rechercher et contacter les propriétaires partenaires.

Pour l’achat des plants et des protections et avec un forfait d’environ 500€ pour 100 mètres linéaires, il nous faudra un budget de 1 500€ pour atteindre notre objectif.

Comme les séances d’inventaire, le chantier sera ouvert aux citoyens ; ce sera notamment pour eux l’occasion de découvrir le rôle de la haie champêtre au sein d’un agrosystème et d’apprendre comment mettre en place une haie. La mobilisation des bénévoles et la coordination du chantier sera assurée par un salarié (1+1 j.)

Temps de travail estimé : 0,5+2=2,5 j. de travail salarié chargé d’études + 10 j. de travail bénévole

Sous-total (VOLET 2) temps de travail estimé :
0,5+2+2,5 = 5 j. de travail salarié chargé d’études
5+5+10 = 20 j. de travail bénévole valorisés

VOLET 3 – Sensibilisation, mobilisation et formation des citoyens

Formation au programme Des terres et des ailes

Pour renforcer la diffusion du programme de la LPO “Des terres et des ailes” et l’action auprès des agriculteurs, il sera proposé aux bénévoles une formation technique pour appréhender les milieux agricoles, leurs enjeux et nos outils pour y favoriser la biodiversité.

Temps de travail estimé : 1 j. de travail salarié chargé d’études

 Surveillance bénévole

 Une surveillance “continue” sera par ailleurs assurée en filigrane par un groupe constitué de bénévoles de la LPO 07 et de riverains. Il permettra notamment de préciser les zonages élus par les Courlis cendrés et les Élanions blancs comme sites de nidification en 2021, ainsi que l’étape de la reproduction en cours (arrivée sur le site, accouplements, transports de matériaux, couvaison, éclosion des oisillons, envol, départ du site…). Ce sera également l’occasion de renforcer le lien entre l’équipe bénévole de la LPO 07 et les citoyens du territoire.

Temps de travail estimé : 5 j. de travail bénévole

Sensibilisation “grand public”

Une soirée d’animation ouverte au grand-public — citoyens, familles, agriculteurs… de Saint-Jeure-d’Ay et des villages alentours — est prévue, afin de sensibiliser les habitants à la richesse écologique de leur territoire.

Temps de travail estimé : 0,5 + 0,5 = 1 j. de travail salarié animateur + 1 j. de travail bénévole

 Animations scolaires

Pour chacune des deux écoles du village de Saint-Jeure-d’Ay il sera proposé une animation d’une journée, sous la forme d’une balade nature couplée à un atelier de fabrication de nichoirs à oiseaux (à 12€ l’unité, objectif de 10 nichoirs / école) et gîtes à chauves-souris (à 14€ l’unité, objectif de 10 gîtes / école).

Temps de travail estimé : 1  +1 = 2 j. de travail bénévole

Vous souhaitez soutenir ce projet ?
Votez et faites voter vos réseaux  ici d’ici le 5 novembre 2020 !