Accueil   |   Actualité : Actions de la LPO AuRa : préservation du Busard Cendré

Actions de la LPO AuRa : préservation du Busard Cendré

À quoi peut-bien servir ce grillage au milieu d’un champ moissonné ?
Que protège-t-il ?

Suite à la régression de ses milieux de reproduction naturels (marais, landes et friches), le Busard cendré a progressivement colonisé les espaces cultivés comme les prairies pâturées ou fauchées, et surtout les champs de céréales (blé, orge) ou de colza, où il niche à même le sol. Au moment des récoltes, lors du passage des engins agricoles, les œufs sont détruits et les jeunes, encore incapables de s’envoler, sont tués.

Pour éviter ces destructions involontaires, des protections sont mises en place autour des œufs ou des poussins, après de longues heures de prospection et d’observation pour repérer les nids.

Il a été installé autour d’une nichée de busards cendrés par les équipes salariées et bénévoles de la LPO AuRA, avec l’aide de l’agriculteur, afin de protéger celle-ci lors de la moisson. C’est l’une des actions de protection, sans lesquelles l’espèce disparaîtrait de notre région dans les vingt prochaines années, que mène la LPO AuRA pour la sauvegarde du Busard cendré. Savez-vous que chaque année, 40 à 65% des jeunes s’envolent grâce à ces interventions ?

En nous soutenant sur HelloAsso, vous nous aidez à financer l’achat de matériel (comme le grillage sur la photo) pour préserver l’envol des nichées de cette année et de celles à venir. Des frais de personnel sont également engagés pour encadrer les centaines d’heures salariées et de bénévolat réalisées chaque année sur l’ensemble de la région pour la sauvegarde du Busard cendré.

Et si ces protections ne peuvent être mises en place ?

Dans certains cas extrêmes, œufs et poussins doivent être déplacés et parfois, en dernier recours, lorsque les protections sur site ou les déplacements sont impossibles, l’élevage en centre de sauvegarde est la seule possibilité pour permettre l’envol des jeunes. Il faut alors les réintroduire dans leur milieu pour que ces jeunes acquièrent autonomie et techniques de chasse. Pour cela, le dispositif dit du « taquet » est employé.

En 2019, c’est ainsi 20 oeufs et 1 poussin de busard qui ont été accueillis au Centre de Sauvegarde de Clermont-Ferrand. Sur ces 20 œufs, 11 ont éclos mais 1 poussin est mort dans les premières heures, 8 œufs étaient clairs et 1 petit est mort dans l’oeuf peu avant éclosion.

Les dix jeunes ont été mis au taquet et le poussin né à l’extérieur a été placé dans un nid avec un frère d’adoption (histoire que les parents n’aient pas trop de becs à nourrir non plus !). Tous ont bien grandi et pris leur envol !

Nous avons besoin de vous pour pouvoir préserver l’envol des nichées de cette année et de celles à venir ! C’est grâce à vous que de nombreux petits busards cendrés pourront continuer à s’envoler encore chaque année…

> Cliquez ici pour faire un don <

Merci pour votre soutien, ensemble nous sommes plus forts !